S’il fallait choisir le meilleur du sentier des douaniers en Pays d’Iroise, on pourrait commencer au départ de la pointe Saint-Mathieu et remonter le GR®34 jusqu’à Lampaul-Plouarzel.

Finibus Terrae et bout du monde

« Ici se termine l’ancien monde ; voilà son point le plus avancé, « sa limite extrême »… devant vous c’est la mer et toute la mer… » rapporta Gustave Flaubert de ses voyages en Finistère1. Nous sommes ici au Finibus Terrae, la pointe de Saint-Mathieu qui se trouve à l’extrémité occidentale de l’Europe. Impressionnant bout du monde avec son paysage de falaises, son sémaphore et son phare rouge et blanc. Si le choeur roman de l’abbatiale est intact, l’abbaye n’est plus que ruines.

163 marches de granit

A ne pas manquer, la visite du phare, 163 marches de granit pour découvrir un panorama époustouflant à 360 °, sur le grand large et le pays d’Iroise. La nuit, le phare déploie son faisceau lumineux de 52 km pour guider les navires à l’approche, et la mer d’Iroise s’anime d’un ballet de feux fixes et tournants, scintillements rouges, verts et blancs, féerie au rendez-vous. En bord de falaise au fil du sentier des douaniers, la balade en direction du Conquet décoiffe et fleure bon le goémon, or noir pour la population côtière d’autrefois. Entre Brest et Roscoff, on a dénombré 750 espèces d’algues.

Pierres à goémon et criques de sable fin

Le phare de la pointe Saint-Mathieu semble jaillir des vestiges du monastère

Balayés par le grand vent, on y surplombe d’impressionnants à-pics, où l’on aperçoit suspendues au-dessus de la plage, les grandes dalles percées ou « pierres à goémon » qui servaient à hisser l’algue précieuse. Au Conquet, port d’embarquement vers Ouessant et Molène, on flâne sur les quais, on se balade dans le petit port de pêche, on arpente les ruelles en pente abrupte avec ses vieilles demeures de négociants. Un décor de landes et de bruyères fait suite aux plages d’Illien et des Blancs Sablons. Puis la pointe de Brenterc’h se prolonge par une succession de falaises qui mènent à la pointe de Corsen. Face à vous, la frontière officielle entre Manche et Atlantique.

Tandis que l’on remonte vers Porspaul, les falaises s’adoucissent en dunes, le décor se vallonne et les hameaux sont charmants. A nos pieds, de jolies criques ourlées d’un ruban de sable fin prisées des naturistes. Au loin dans les terres, le phare de Trézien dresse sa silhouette longiligne découpée sur le ciel, puis le village de Lampaul- Plouarzel surgit dans son décor de dunes et de petites falaises, qui arma dans l’histoire nombre de bateaux dont le célèbre Fleur de Lampaul.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here