Suivons l’une cette belle voie d’eau qui relie la Garonne à la Méditerranée, à la découverte d’un patrimoine historique d’exception. À trois heures de Paris en TGV, le meilleur du sud nous attends, un doux voyage dans le temps, loin de l’agitation des villes qui nous conduira à jeter les amarres aux portes de villages méditerranéens. Le canal du Midi permet de remonter l’histoire, en passant par le néolithique, le catharisme et les guerres de religion, de l’art roman à l’art gothique, de la Via Domitia aux chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. La Via Domitia a été bâtie à partir de 118 av. J.-C. Cette route devait assurer les communications et permettre l’installation et la circulation de garnisons protégeant des villes romaines. Au moyen âge, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle reprennent cet itinéraire millénaire.

Béziers doit sa fortune au commerce du vin dont le canal facilitait l’acheminement vers Toulouse et Sète.

Le plus ancien canal d’Europe

C’était hier ! Il y a tout juste 350 ans naissait le Canal du Midi, le plus ancien et le plus prestigieux canal d’Europe. Réalisé par un visionnaire, le Biterrois Pierre-Paul Riquet, baron de Bonrepos. C’est le commerce du blé qui motive la construction du canal. Louis XIV, sous l’influence de Colbert, signe l’édit royal qui autorise le lancement des travaux en octobre 1666. Sous la supervision de Pierre-Paul Riquet ce chantier pharaonique va durer 15 ans. Avec ses 240 kilomètres, le canal du midi est jalonné d’ouvrages façonnés par l’homme et sans cesse entretenus : écluses, aqueducs, ponts et tunnels. Rien n’été laissé au hasard.

Aujourd’hui classé au patrimoine mondial par l’Unesco, le canal est devenue une destination très prisée par les plaisanciers, les randonneurs et les amateurs de gastronomie. Un univers hors du temps, le long des allées de platanes, au fil de l’eau et des écluses, et la rencontre avec les éclusiers et des plaisanciers

Les écluses

Les premières écluses sont construites dans la plaine toulousaine, en pierres de taille scellées à la chaux. Elles sont fermées par deux portes en bois à double vantaux.
Certaines écluses du canal sont des bijoux d’architecture.

Près de Béziers, les 9 écluses de Fonserannes, classées Monument Historique depuis 1996, sont considérées comme l’ouvrage majeur du canal. L’échelle d’écluses comporte huit bassins de forme ovoïde (spécifique au canal du Midi), et donc 9 portes, permettant de franchir une dénivellation de 21,50 m, sur une longueur de 312 m. Au XIXe siècle, lorsqu’il a été décidé de construire un pont-canal pour franchir l’Orb, le 7ème bassin a été modifié pour être raccordé au nouveau bief menant au pont. Ne sont donc désormais utilisées que six écluses, donc 7 portes. Le site qui accueille plus de 500 000 visiteurs par an, est actuellement en réfection et partiellement fermé. Un itinéraire de contournement a été ouvert aux randonneurs, de Colombiers à Villeneuve-les-Béziers, en traversant Béziers.
Sur l’ancien tracé du canal, il existe une dernière écluse à l’embouchure sur l’Orb (écluse double de Notre-Dame aujourd’hui abandonnée).

Sur les 240 km du parcours du canal reliant Toulouse à l’étang de Thau il y a pas moins de 63 écluses en fonctionnement

Les vins du Canal

Béziers doit sa fortune au commerce du vin : développé grâce à l’irrigation par le canal du Midi, et acheminé des siècles durant, par bateaux, vers Sète et Toulouse.
Sans le «Canal Royal des Deux Mers» devenu le canal du Midi, le Languedoc ne serait pas ce qu’il est ! Le long de ce ruban de verdure le vignoble est partout. Le Canal du Midi, puis le développement du transport ferroviaire, marquent l’essor du vin du Languedoc. La production est celle d’abord d’un rouge, issu le plus souvent des coopératives qui fleurissent dès le XIXe siècle.

Acteur du développement économique hier,
véritable musée hydraulique aujourd’hui

Au terme d’une longue histoire vers la qualité on trouve aujourd’hui des vins réputés.
Observer un vin, le sentir, le déguster, interpréter les différentes sensations… cela s’apprend !Des partenaires spécialisés vous proposent des circuits à travers le vignoble, des dégustations commentées par les producteurs ou encore des ateliers oenologiques plus pointus (atelier assemblage, stage oenologie…) durant lesquels vous découvrirez les secrets des appellations Saint-Chinian, Minervois et Languedoc.

Escale culturelle à Agde

Depuis Béziers, le Canal du Midi nous rapproche de la mer Méditerranée. 25 km au fil de l’eau permettent de rejoindre Agde, au carrefour des eaux douces et salées.
Marchons sur les pas de Claude Terrisse, corsaire du Roi sous Louis XIII et Louis XIV, et bienfaiteur de la ville : l’homme a légué l’ensemble sa fortune aux pauvres. La ville se prête volontiers à la balade et à la découverte des arts.

La Galerie de la Perle Noire propose des expositions temporaires installées dans les ateliers d’artistes. Cet espace situé près de l’Office de Tourisme, au 6 place Molière à Agde, permet de se plonger dans l’univers des artisans d’art, créateurs de bijoux, de luminaires, des arts de la table, mais également peintres et sculpteurs.
Le Musée de L’Ephèbe au Cap d’Agde présente une collection exceptionnelle de bronzes trouvés in situ, dont la célèbre statue de l’Ephèbe (2 300 ans).

L’Office de Tourisme du Cap d’Agde organise des sorties à la carte pour les randonneurs : Parc Naturel du Haut-Languedoc, Somail, Espinouse, Caroux, Réserve naturelle régionale de la Narbonnaise (reportage à lire dans Balades n°118), voie littorale du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (reportage à lire dans Balades n°133)…

Plus de 200 000 arbres bordent les rives du canal. Ils sont aujourd’hui menacés par un champignon

L’écluse ronde

Agde est la dernière étape du canal avant le Bassin de Thau avec un ouvrage unique : l’écluse ronde. Elle possède 3 portes qui permettent aux bateaux de prendre l’une des 3 directions : vers Toulouse, vers la cité d’Agde et la mer ou vers le Bassin de Thau par l’Hérault. Ce système permet d’avoir un triple accès tout en protégeant le canal des crues du fleuve. L’accès au fleuve Hérault qui va à la Méditerranée permet de traverser la Réserve Naturelle Nationale du Bagnas, où près de 250 espèces d’oiseaux migrateurs ont été observés. Les naturalistes et les randonneurs photographes apprécieront.

Capestang, un village coup de coeur

Mais avant de rejoindre Béziers Capestang est l’un des villages très animé où l’ambiance est très douce. Sur le port très actif, vous pouvez louer un bateau pour naviguer, l’espace d’une heure ou d’une semaine, sur le canal du Midi.

Entre vignes et vestiges antiques,
le canal nous rapproche de la Méditerranée

D’un parfait style gothique, la collégiale Saint-Etienne de Capestang fut élevée au XIIIe siècle sur une ancienne église romane, par la même équipe qui construisit la cathédrale de Narbonne. En effet, vue de près, les deux monuments se ressemblent étrangement. Malgré son aspect inachevé, cet édifice ne manque pas d’intérêts avec son chœur magnifiquement ajouré, mais aussi sa tour clocher (accès possible aux heures de visite commentée) du haut de laquelle se dévoile magnifique panorama sur les contreforts des Cévennes, les Pyrénées et le Mont Canigou, l’étang de Montady et l’oppidum d’Ensérune. Capestang fût un des lieux de villégiature des archevêques de Narbonne, dont le château, récemment restauré, renferme un fascinant plafond peint du XVe siècle.

Poilhes, un village de charme

Non loin, sur les berges du canal du Midi, le petit village de Poilhes ne manque pas de charme. À Poilhes, (prononcez Poille !) on trouve les restes d’un orme planté sous Sully en 1608, suite à la politique d’ornementation des chemins lancée par le roi Henri IV. L’orme est un arbre qui jouit d’une grande longévité et qui offre du bois solide ; celui-ci allait donc servir comme principale matière utilisée dans la construction des bateaux et pour l’artillerie. Sur les berges du canal trônent deux vieux canons anglais. Repêchés dans les années 1970 au large d’Agde, leur provenance est toujours inconnue.
On peut supposer que ces pièces proviennent d’un butin pris aux Anglais lors d’un siège face à la ville de Toulon après la Révolution ; siège auquel participa un certain général Bonaparte… Selon d’autres experts ces canons auraient été volontairement jetés à la mer pour cause de vétusté, par un navire britannique transitant sur les eaux de la Méditerranée.

Imposante, la cathédrale Saint-Nazaire de Béziers se dresse au-dessus de la ville.

Poilhes est aussi un village où les archéologues ont découvert de nombreux vestiges antiques. En effet, nous approchons de la colline d’Ensérune et de son célèbre Oppidum. Et tout près, les Romains, conquérant le sud de la Gaule, tracèrent la fameuse route dite Via Domitia. Ces éléments font de Poilhes un village bimillénaire.
La découverte se poursuit à l’intérieur des châteaux, des métairies, de l’ancien moulin, des caves particulière ou de la coopérative, où il est possible de visiter les caves et de rencontrez les vignerons de Poilhes. Ils vous ouvrent leur porte avec le sourire, heureux de partager leur passion de la terre.
L’ancienne cave coopérative de Poilhes située à quelques dizaines de mètres du canal du Midi s’est transformée en une véritable vitrine des vins de la Région, proposant à la fois restauration et hébergement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here