Vous ne pouvez pas vous tromper : filant vers l’ouest à la sortie de Strasbourg, le premier vignoble que vous rencontrerez, à quinze kilomètres à peine de la métropole alsacienne, sera celui de Molsheim. Molsheim est une petite ville coquette et joliment fleurie, comme toute bourgade alsacienne qui se respecte. Elle épouse un méandre de la Bruche, un affluent de l’Ill, et donc du Rhin, lovée entre plaine et coteaux. Et sur ces coteaux orientés au sud-est, les vignes s’étendent à perte de vue. Quand le promeneur s’y engage, il continue longtemps d’apercevoir, comme en lévitation dans la brume bleutée des lointains, la masse élancée de la cathédrale.

Du très sec riesling au liquoreux gewurztraminer,
les sept cépages alsaciens sont représentés ici

Face à Strasbourg la protestante, Molsheim fut, au XVIIe siècle, le bastion de la contre-Réforme catholique. Elle a hérité de cette période glorieuse de somptueux édifices construits par les jésuites et les moines chartreux. La cité vaut donc à elle seule un petit séjour. Elle est bien équipée en hôtels et en restaurants et constitue un point de départ idéal pour des randonnées pédestres et cyclo. Aux multiples circuits proposés par les offices de tourisme de la région, autour de thèmes comme le vin, les vieilles pierres ou la faune, s’ajoutent les grands classiques de la rando que sont les GR®531 et 532 et, pour les cyclistes, la très fréquentée Véloroute du vignoble d’Alsace. Partout, nous avons pu vérifier l’excellence du balisage et de l’entretien des sentiers, comme des pistes cyclables. Le balisage est assuré par le Club vosgien, ce qui peut dérouter, de prime abord, les marcheurs habitués à la signalétique de la Fédération française de randonnée.

Quatre circuits sous l’invocation du dieu Bacchus

Les quatre circuits proposés ici tournent tous autour du thème du vin et de la vigne, avec quelques incursions du côté de la gastronomie et de l’architecture. Les offices de tourisme de Molsheim et de Wangenbourg les promeuvent d’ailleurs sous l’appellation évocatrice de « circuits de Bacchus ». Sur demande, ils peuvent vous adresser un dépliant qui les décrit par le menu (voir partie pratique). Les trois premières randonnées ne dépassent pas la quinzaine de kilomètres et sont donc tout à fait faisables en une demi-journée. Comme il s’agit de circuits, on peut d’ailleurs facilement les écourter, si on le souhaite, en coupant par endroits à travers champs. Seule la quatrième randonnée (itinéraire Wangenbourg-
Westhoffen) atteint les 28 kilomètres et implique de disposer d’une journée entière.

Aucune de ces quatre promenades ne présente le moindre danger : ni passage délicat, ni grimpette surhumaine, ni surplomb impressionnant… En saison, vous pourrez en profiter pour vous régaler de fraises des bois, de noisettes, de quetsches et de mirabelles ou vous baisser de temps à autre pour ramasser des champignons. Souvent, les claquements de becs approbateurs des cigognes accompagneront vos pas : vous les apercevrez tantôt juchées sur les cheminées, tantôt en pleins champs. La preuve que vous êtes bien en Alsace !

Entre vignes et forêts, sur les hauteurs de Westhoffen.

1. Le circuit du Trötele
Point de départ (et d’arrivée) : rue du Beau Site, à Molsheim. Longueur : 13,6 km – Durée : 4h30’- Dénivelé : 400 m.

Le trötele est un petit pressoir qui permet d’extraire le jus de raisin lors du pressurage. Vous voilà prévenu : la plus grande partie de cette excursion se déroule dans les vignes,
donc en terrain découvert. Prévoir couvrechef et crème solaire en cas de grand beau temps – et l’imper dans le cas contraire ! Le sentier emprunte, au départ, la Route des vins d’Alsace, qu’il abandonne à hauteur d’Avolsheim. Ce village abrite deux vénérables sanctuaires qui méritent tous deux une courte halte : la minuscule chapelle Saint-Ulrich, du XIe siècle, avec ses fresques du XIIIe, et l’église de Dompeter (Saint-Pierre), récemment rénovée, qu’on présente comme le plus ancien édifice chrétien de toute l’Alsace.

La place principale de Molsheim et ses géraniums.

Les premiers ceps qu’on rencontre sont ceux du pinot noir, qui donne des vins rouges ou rosés secs, mais bientôt le pinot gris (blanc fruité anciennement appelé tokay) le concurrence ; plus loin encore, vous croiserez des vignes de pinot blanc (vin blanc fruité), de riesling (blanc sec), de sylvaner (blanc sec) et de gewurztraminer (blanc fruité). Les sept cépages traditionnels de l’Alsace sont représentés tout au long de cette promenade. Un modeste crochet vous mènera jusqu’à la chocolaterie artisanale Antoni, célèbre pour ses griottes fourrées au kirsch (voir encadré).

Une vue superbe sur le mont Sainte-Odile et sur la Forêt Noire

Deux kilomètres après Avolsheim, le village de Wolxheim produit un grand cru d’Alsace dont Napoléon était amateur, l’altenberg. C’est justement à hauteur de Wolxheim que vous attaquerez la première (petite) difficulté du parcours : la montée vers le Horn, une grande statue du Sacré-Coeur de Jésus dont les dorures scintillent au soleil. Elle domine étrangement tout ce paysage de vignes. De ce promontoire, on embrasse un large panorama, depuis le mont Sainte-Odile, la Forêt Noire et jusqu’aux faubourgs de Strasbourg, et naturellement sa cathédrale. La seconde difficulté du parcours, une modeste côte, se trouve à hauteur de Soultz-les-Bains, une station thermale spécialisée dans les problèmes d’arthrite. Le retour sur Molsheim ne pose aucun problème et les vignes vous accompagneront pratiquement jusqu’au terme de la promenade.

2. Le circuit du Loejele
Point de départ (et d’arrivée) : place de la mairie à Balbronn
Longueur : 14,7 km – Durée : 4h – Dénivelé : 380 m.

La part de la forêt est plus grande dans ce circuit que dans le précédent. En matière de « vieilles pierres », on ne manquera pas de visiter les remparts de Westhoffen, l’église protestante Saint-Martin (XIIIe siècle) dans ce même village et les deux synagogues de Balbronn et de Westhoffen qui fut la patrie, jusqu’au XIXe siècle, d’une communauté juive très active. Parmi ses enfants les plus célèbres figurent Alexandre Millerand (Président de la République de 1920 à 1924), Léon Blum (président du conseil du Front populaire) et Simon Debré (grand-père de Michel Debré, Premier ministre du général de Gaulle, et arrière-grand-père de Bernard et de Jean-Louis Debré, l’ancien président du Conseil constitutionnel). Dans la montée vers le plateau qui surplombe Westhoffen, nous avons noté la présence de raisins de cépages pinot noir et sylvaner. En outre, la production d’une parcelle a été primée « meilleur riesling du monde » il y a quelques années.

Le département du Bas-Rhin est sans doute le plus fleuri de France :
pas un village sans ses géraniums !

À Westhoffen, la vigne est concurrencée par les vergers

La faune abonde dans ces bois touffus. Nous avons relevé des traces de sangliers, de chevreuils et de blaireaux. Dans les champs en contrebas, des cigognes mènent une chasse active aux grenouilles et aux petits rongeurs. Les espaces laissés libres par la vigne et par la forêt sont occupés par les arbres fruitiers – une autre spécialité de la région : Westhoffen
fête la cerise à la mi-juin et Dorlisheim la mirabelle chaque troisième dimanche d’août. Si vous avez prévu de déjeuner en route, une seule adresse : l’Auberge de Traenheim, une brasserie de qualité dans une maison à colombages tenue par Lydie et Claude Fuchs. Ouverte toute l’année, elle se distingue par ses charcuteries, mais surtout par ses succulentes tartes aux mûres ou aux mirabelles… Ayant ainsi repris des forces, vous pourrez repartir à l’assaut du plateau : ne ratez pas la vue superbe qu’on a sur le vignoble et sur toute la région depuis le château d’eau.

3. Le circuit du Riewerle
Point de départ (et d’arrivée) : mairie de Marlenheim, place du
Général Leclerc. Longueur : 15,5 Km – Durée : 4H – Dénivelé : 300 m.

Marlenheim est considérée comme la porte d’entrée nord de la célèbre Route des vins d’Alsace. C’est aussi un paradis des randonneurs pédestres (une voie verte a été aménagée sur l’ancienne ligne de chemin-de-fer) et des cyclistes (l’itinéraire aménagé Molsheim- Saverne la traverse). Au prix d’un modeste détour, on pourra gagner la cave de Xavier Muller, qui organise des visites commentées de son vignoble. Ne manquez pas son gewurztraminer, à déguster sur une portion d’un munster « bien fait » (« Le fromage doit remonter tout seul de la cave pour être à point », plaisante le viticulteur).

Vue générale de Westhoffen depuis le coteau.

De la fontaine de Wangen, le vin coule chaque 1er dimanche de juillet Jusqu’à Wangen, vous cheminerez dans un environnement semi-urbain (mais plaisant). Wangenest un charmant village médiéval où vous ne manquerez pas d’admirer la fontaine de laquelle coule, chaque année, le premier dimanche de juillet, le vin blanc offert par la municipalité en souvenir de l’abolition d’une taxe sur le vin, il y a près de deux cents ans ! À part une courte portion dans les bois, à la sortie de Wangen, tout le reste de la promenade se déroule au milieu des vignes. On traverse Traenheim (voir circuit précédent), siège de la plus grande cave coopérative de la région. Cette Cave du roi Dagobert est aussi un centre très actif d’œnotourisme qui organise à la demande, pour des groupes constitués, des visites commentées du vignoble. La fin de la promenade, toujours dans les vignes, ne présente aucune difficulté.

4. L’itinéraire Wangenbourg- Westhoffen
Point de départ : Office de tourisme de Wangenbourg. Point d’arrivée : centre ville de Westhoffen. Longueur : 27,8 km – Durée : 7h – Dénivelé : 664 m.

Il s’agit ici d’un trajet de ville à ville, à faire en une journée, et non d’un circuit comme pour les promenades précédentes. Ce n’est qu’en fin de parcours, en redescendant sur Westhoffen, qu’on retrouvera le vignoble. L’essentiel de la marche s’effectue cette fois en forêt, dans une zone très originale qu’on désigne à juste titre comme la « Suisse d’Alsace», pour ses lacs, ses montagnes, ses vaches et la fraîcheur relative de ses étés (due à l’altitude). À Wangenbourg, on n’omettra pas de pousser jusqu’aux ruines du château : sur place, on aura peut-être la chance de bénéficier des commentaires du « chevalier Michel », un instituteur retraité qui fait bénévolement visiter les lieux aux enfants émerveillés par sa cote de maille et sa longue épée. Á la fin de la visite, les garçons sont faits chevaliers et les petites filles sont nommées princesses pour le plus grand ravissement des intéressés !

Maisons à colombages dans les rues de Wasselonne.

La promenade traverse ensuite les superbes forêts domaniales de la Mossig et de Haslach (résineux sur les hauteurs, chênes rouvres, charmes et hêtres en perdant de l’altitude). On gagne ensuite la cascade du Nideck, puis la belle maison forestière d’Emersforst, où l’on peut se restaurer et éventuellement dormir. Dans le village d’Oberhaslach, on ira admirer la chapelle Saint-Florent où des générations de paysans ont déposé d’émouvants exvotos
animaliers en remerciement à ce saint, pour avoir protégé leurs troupeaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here